top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurDeeply Sensitive

La Haute Sensibilité, vue par Deeply Sensitive


La haute sensibilité
Deeply Sensitive - David & Séléné

Deeply Sensitive, qui sommes-nous ?

Chers lecteurs, enchantés ! Nous sommes David et Séléné, deux amis hautement sensibles réunis depuis plus de dix ans, qui ont eu l’idée de créer ensemble un blog autour de la sensibilité élevée. C’est en 2020 que nous nous lançons, le premier confinement nous ayant donné l’impulsion nécessaire de donner vie à ce projet qui mûrissait depuis longtemps déjà dans nos esprits. Notre mission à travers ce blog : aider à mieux connaître ce qu’est la Haute Sensibilité. En toute bienveillance, nous présentons sur notre blog Deeply Sensitive nos expériences sensibles du quotidien, des témoignages, des lectures spécialisées, des articles scientifiques, des podcasts... Autant d’outils pour vous guider et vous informer sur la sensibilité élevée.

Présents sur Instagram (@deeply.sensitive), au fil de nos articles et de nos publications, nous avons fait la rencontre de belles personnes. C’est ainsi que nous avons rencontré Lucille, créatrice de La Zébrelle, qui nous a gentiment proposé de s’associer pour cet article. Bien sûr, nous ne sommes ni coaches, ni spécialistes, mais de simples personnes à la sensibilité plus élevée que la moyenne, qui tentons de vulgariser au mieux les découvertes majeures afin d’aider les autres grands sensibles sur ce chemin.

Belle lecture et à très vite, David & Séléné, alias Deeply Sensitive


La Haute Sensibilité, qu’est-ce que c’est ?

“Hypersensible”, “A fleur de peau”, combien de fois avez-vous entendu ces expressions ? Tantôt louée comme un super pouvoir, tantôt décriée comme le défaut d’être “trop”, comment définir la sensibilité élevée ?


Les origines

Dans un premier temps, il faut savoir que les recherches sur la haute sensibilité remontent au IIIème siècle après Jésus Christ. Un philosophe évoquait à cette époque la sensibilité et certaines personnes qui étaient plus vite fatigables que les autres, qui n’aimaient pas la vulgarité et d’autres choses encore. A cette période déjà, était mis en évidence un certain type de tempérament.


De manière plus contemporaine, c’est véritablement au XXème siècle qu’un psychiatre allemand met le mot anglais « sensitive » sur ce type de tempérament. Le psychiatre suisse Carl Gustav Jung poursuit les recherches sur la sensibilité, et le docteur Elaine Aron (psychothérapeute, chercheuse en psychologie et autrice), qui a étudié les recherches de Carl Jung, sort le premier ouvrage sur la Haute Sensibilité en 1996 (Hypersensibles, mieux se comprendre pour mieux s’accepter, Ed. Poches Marabout, 2017, 383p, 7,90€).

C’est cet ouvrage qui permet véritablement de faire connaître ce qu’est la sensibilité élevée. Si Elaine Aron n’a pas découvert un nouveau trait de personnalité, elle lui donne un nom précis, majoritairement repris aujourd’hui. Le terme anglais tel qu’elle le définit, « highly sensitive », a ainsi été traduit en français par « hypersensible ». Aujourd’hui, le terme “hypersensible”, à la connotation négative, serait plutôt à éviter. La traduction la mieux adaptée du terme anglo-saxon serait en effet « sensibilité élevée » ou « haute sensibilité », qui porte une image davantage positive.


Depuis les 25 dernières années, les recherches sont de plus en plus nombreuses et le sujet se fait davantage connaître en France, notamment grâce à l’impulsion de Saverio Tomasella (Docteur en psychologie, psychanalyste, écrivain, co-créateur de l’Observatoire de la Sensibilité et initiateur de la Journée mondiale de la Sensibilité qui se tient chaque 13 janvier), hautement sensible lui-même, qui a publié plusieurs ouvrages sur le sujet (Hypersensibles, trop sensibles pour être heureux?, Eyrolles, 2013; A fleur de peau, Leduc, 2017) destinés aux adultes comme aux enfants.


La définition et les caractéristiques

La Haute Sensibilité est une sensibilité plus élevée que la moyenne (une personne hautement sensible ressentirait à hauteur de 40% supplémentaire une émotion). Grâce aux études menées, nous savons que 20 à 30% de la population serait hautement sensible (hommes et femmes confondu.e.s). Le docteur Elaine Aron parle d’une personne sur quatre concernée par ce tempérament.

Il faut savoir que la sensibilité élevée diffère selon chaque personne. Il y a autant de sensibilités qu’il y a de grands sensibles, car nous sommes tous uniques. Cependant, les chercheurs, et notamment Elaine Aron, ont mis en évidence des caractéristiques qui reviennent le plus souvent chez les grands sensibles et qui permettent de nous en donner une définition. Elaine Aron appelle ça le « DOES » :

  • Depth of processing : soit le traitement en profondeur des informations

  • Over aroused : le fait d’être facilement surstimulé

  • Emotional reactivity and high empathy : le fait d’être à la fois réactif émotionnellement en général et de faire preuve d’une grande empathie

  • Sensitivity to sublte stimuli : le fait d’être sensible aux stimuli subtils

Selon la psychothérapeute, ces quatre aspects sont tous présents chez une personne hautement sensible, et si un de ces éléments n’est pas constaté, il ne peut s’agir de haute sensibilité telle que nous l’entendons ici.

Attardons-nous davantage sur ces caractéristiques :

(D) Un traitement sensoriel en profondeur des informations : Nous avons découvert que les personnes hautement sensibles sont des personnes particulièrement observatrices. Elles prennent le temps de traiter chaque information (qu’elle soit sensorielle, émotionnelle, intuitive ou intellectuelle) de manière approfondie. Les personnes à la sensibilité élevée ont une tendance à beaucoup réfléchir et avoir des questionnements et des réflexions profondes, à avoir du mal à prendre une décision en raison des trop nombreuses possibilités. Selon le docteur Saverio Tomasella, cela peut donner l’impression que la personne est lente et prudente, alors qu’en réalité, cela est dû au fait d’un traitement des informations plus poussé que chez la plupart des gens qui ne sont pas hautement sensibles.

(O) L’hyperstimulation (du goût, du toucher, de l’équilibre, des odeurs, de l’ouïe, 6ème sens kinesthésique...) : Cela veut dire que les personnes hautement sensibles sont stimulées par tout un tas de facteurs extérieurs qui vont agir sur les pensées et même parfois sur le comportement. Nous percevons tout. A cela s’ajoute l’hyperstimulation émotionnelle. Comme l’indique Saverio Tomasella, les émotions sont vécues très intensément et cela peut bouleverser comme enchanter. Tout ce trop plein de stimulations aboutit très souvent à une saturation (parfois plusieurs fois par jour, selon qui l’on voit, ce que nous faisons, notre environnement...) ce qui demande parfois un grand besoin de solitude afin de revenir à soi pour être au calme et sans stimulation extérieure. Elaine Aron résume cela très bien : « une personne qui est davantage consciente de ce qui passe à l’intérieur et à l’extérieur d’elle-même et qui traite ces informations de manière plus approfondie peut avoir tendance à s’épuiser mentalement et donc physiquement (le cerveau fait partie du corps) avant les autres. ». Ainsi, le fait d’être facilement surstimulé serait un effet naturel découlant de la profondeur de traitement.


(E) La réactivité émotionnelle et l’empathie : La réactivité émotionnelle est elle aussi liée à la profondeur de traitement, car ce sont nos émotions qui nous disent à quoi prêter attention, quoi apprendre ou quoi mémoriser si besoin. Elaine Aron insiste sur le fait que sans le guide que sont nos émotions, nous ne pourrions rien traiter pour nous en souvenir. Voici un exemple simple : lorsque nous sommes dans un autre pays, nous apprenons plus facilement la langue du pays car nous l’entendons partout, mais aussi car nous désirons pouvoir communiquer. Bien souvent, les personnes hautement sensibles sont également perméables aux énergies et aux émotions des autres. On parle souvent « d’hyper empathie » (car l’empathie est très intense et plus forte que la moyenne. Attention : tous les grands sensibles ne sont pas hyper-empathiques). Les grands sensibles vont ressentir l’ambiance d’un groupe ou d’un lieu de manière presque instantanée. Beaucoup de choses sont perceptibles, des choses qui sont invisibles ou presque pour les personnes qui ne sont pas hautement sensibles. Si tout le monde est capable de comprendre les mots et de voir quelques indices sur comment quelqu’un se sent, une personne à la sensibilité élevée va dans une certaine mesure ressentir ce que l’autre personne ressent. Voilà pourquoi nous ne supportons pas les injustices et la cruauté.


(S) La sensibilité liée à la subtilité : Les personnes hautement sensibles ont un fort sens de la nuance, ce qui donne beaucoup de place à l’implicite : perception des gestes, des intonations de voix lorsque quelqu’un parle, les mimiques faciales... Tout est analysé de manière inconsciente. Chaque élément est observé et considéré. Conscience des sons, des odeurs et de beaucoup de détails. Tous les sens sont en alerte. Cette subtilité des détails peut toutefois être mise à mal en cas de surstimulation : pression, stress, fatigue...

Plus récemment, depuis le début des années 2010, une cinquième caractéristique a été découverte par le chercheur et psychologue Michael Pluess :

La susceptibilité différentielle : Il s’agit d’un terme scientifique qui n’a rien à voir avec la susceptibilité telle qu’on la connaît. Le Dr Michael Pluess a mis en évidence grâce à ses recherches une « sensibilité avantageuse », c’est-à-dire que la sensibilité constitue un avantage selon l’impact de l’environnement sur la personne. De manière simple, si une personne hautement sensible se trouve dans un environnement bienveillant, qu’elle est écoutée et valorisée, alors sa sensibilité sera un véritable atout à tout point de vue. En revanche, si une personne à la sensibilité élevée se trouve dans un mauvais environnement, entourée de mauvaises personnes, sa sensibilité sera perçue comme un « défaut » et cette personne ira mal. Ainsi, la sensibilité avantageuse serait amplifiée par ce qui est bien ou mal et serait très influencée par l’environnement (d’où l’importance de bien s’entourer et d’avoir un espace à soi pour prendre du recul). Des études ont d’ailleurs montré que l’expérience personnelle et l’enfance des grands sensibles avaient un impact sur leur façon de vivre leur haute sensibilité. Les personnes ayant eu une enfance heureuse arriveraient mieux à tirer profit de leur sensibilité élevée dans leur vie d’adulte et inversement.

Les termes neuro-atypiques

Il existe plusieurs termes pour désigner la haute sensibilité. En effet, les recherches à ce sujet sont récentes ou encore en cours, et certaines études ne tendent parfois pas vers le même résultat. Selon les mots de Saverio Tomasella, ces études sont à la fois « convergentes et divergentes ». Parler de « haute sensibilité » permet de regrouper tous les « types » de personnalités :

  • HP (Haut Potentiel), qui représentent 2 à 3% de la population. Ceux-ci peuvent être soit Haut Potentiel Physique soit Haut Potentiel Intellectuel (HPI ou zèbre).

  • HPS (Haut Potentiel Sensible), il s’agit de la Haute Sensibilité vue par les scientifiques comme un potentiel à explorer, comme c’est le cas pour le HPI ou le HPE. HPS est une autre terminologie pour évoquer la sensibilité élevée (elle regroupe les hypersensibles et les ultrasensibles).

  • HPE (Haut Potentiel Émotionnel), ou intelligence émotionnelle. Il s’agit ici aussi de haute sensibilité, c’est juste une autre façon de le dire. Le HPE fait partie du HPS. C’est l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions. Il nous permet de créer des relations plus saines et durables. Ce qui est bien, c’est qu’il peut se développer tout au long de la vie !

  • Hypersensible

  • Ultrasensible

Comme dit précédemment, pour évoquer le trait de caractère hautement sensible, le mot le plus couramment utilisé de nos jours est “hypersensible”. Ce terme, d'origine médicale, définit en réalité une réaction de défense exagérée de l'organisme contre un antigène donné, soit une allergie. Si vous voulez vous amuser, vous verrez que le terme “hypersensible” apparaît dans bon nombre de notices de médicaments ! (Pourtant, la haute sensibilité est loin d’être une maladie ! ). Le préfixe “hyper” du mot “hypersensibilité” renvoie également à l’idée d’être “trop”, trop sensible, trop empathique, trop émotif... Or, nombreuses sont les personnes hautement sensibles à avoir subi les remarques des autres, les décrivant comme “trop ceci” et “trop cela”, c’est pourquoi nous préférons éviter le terme “hypersensible". De plus le terme “hypersensible” renvoie à l’idée d’une personne qui ne vit pas bien sa sensibilité exacerbée, qui en souffre (voire qui la rejette), tandis que le terme «ultrasensible », créé par Saverio Tomasella très récemment, en 2015, renvoie au fait qu’une personne vit de manière positive sa haute sensibilité et qu’elle l’assume, même si cela est difficile, car elle a trouvé comment accepter et exprimer ses émotions. On peut donc tout à fait être hypersensible et devenir ultrasensible au fur et à mesure que l’on avance sur notre chemin de vie, mais dans tous les cas, nous sommes hautement sensibles. Il s’agit seulement de termes plus précis.

→ Pour plus d’informations au sujet de ces termes, nous vous invitons à lire le très bon article de Marie-France de Palacio (chercheuse et écrivaine) et Fanny Marais (coach spécialisée dans l’accompagnement des adultes HP) sur la différence entre les termes « hypersensible » et « ultrasensible » sur le site de l’Observatoire de la sensibilité : https://lasensibilite.com/hypersensible-ou-ultrasensible/.


Comment savoir si je suis hautement sensible ?

Avez-vous l’impression d’être incompris ? Différent ? Bizarre ? “Trop” ? Vous ne comprenez pas pourquoi certaines scènes ou certains sujets créent en vous une forte réaction ? Vous vous sentez vulnérable ? Vous êtes peut-être un grand sensible qui s’ignore... Bien souvent, c’est lorsqu’on découvre que la haute sensibilité est un tempérament qui existe qu’on reçoit comme une révélation et qu’on se dit : “C’est donc ça !”. Plus qu’aucun résultat à n’importe quel test, vous devez ressentir au fond de vous une évidence que vous avez une sensibilité élevée.

Il existe plusieurs tests qui permettent d’y voir plus clair. Si vous avez besoin de la confirmation que vous êtes hautement sensible, alors n’hésitez pas à les faire. Cependant, il n’y a aucune obligation. Cela doit être avant tout une démarche personnelle. Faire un test lors de sa découverte de sa sensibilité élevée peut permettre de mieux la comprendre et de mieux appréhender son fonctionnement émotionnel et sensoriel. Cela peut être le départ d’un cheminement personnel et de plus longues réflexions sur vous-mêmes.

Vous trouverez plusieurs tests sur le site de l’Observatoire de la sensibilité : https://lasensibilite.com. Si vous ne savez pas répondre à certaines questions, rappelez-vous que c’est ok. De même, certaines réponses peuvent évoluer au fil du temps, alors n’hésitez pas à faire le test plusieurs fois.

Vous trouverez également le test original créé par le docteur Elaine Aron sur son site internet : https://hsperson.com/test/highly-sensitive-test/. (test en anglais).


Un effet de mode ?

Vous l’avez peut-être remarqué, le mot “hypersensible” est visible partout, que ce soit dans la presse ou les réseaux sociaux. Cet engouement s’est accentué lors de la pandémie. Il est très plausible que les gens, se voyant contraints de rester chez eux, enfermés, parfois seuls, aient vu leurs émotions déborder dû au climat angoissant lié au Covid-19. Face à eux-même, beaucoup de personnes se sont dit ou découverts hautement sensibles à ce moment-là. A cette période là, nous avons énormément entendu parler de ce sujet, et c’est tant mieux car cela a permis de faire connaître la sensibilité élevée comme un trait de caractère. Malheureusement, beaucoup de personnes ont transmis de mauvaises informations, et cela peut-être dangereux pour les personnes en détresse émotionnelle qui n’ont pas pu être guidées correctement.

Aujourd’hui, la pandémie étant passée et la vie ayant repris son cours plus ou moins normal, l’engouement pour la sensibilité élevée s’est amenuisé, et les personnes qui se disaient hautement sensibles pendant la crise sanitaire ont retrouvé leur sensibilité moyenne une fois la crise passée. Nous pouvons considérer que cela a eu pour conséquence un effet de mode. Cela s’est par la suite perpétué par le fait de penser que se dire “hypersensible” est cool et que cela fait de nous une meilleure personne. Ce qui est faux. N’oubliez pas que les grands sensibles ont juste une sensibilité plus élevée que la moyenne, et même si certaines qualités se retrouvent dans ce tempérament, cela ne veut pas dire que c’est un super pouvoir et que les grands sensibles sont de meilleures personnes que les autres !


À retenir

  • La haute sensibilité n’est ni une maladie, ni un défaut, mais un tempérament qui fait de vous une personne plus sensible que la moyenne.

  • Nous sommes 20 à 30% de la population à être hautement sensible, et il y autant de femmes que d’hommes concernés.

  • On ne peut pas gérer ses émotions : la seule chose à faire avec une émotion, c’est de la laisser venir à nous. Plus on l’accueille, mieux elle nous délivre son message et plus vite elle passe. Il ne sert à rien de retenir ses larmes ou sa tristesse, car cela ne fera que la faire revenir plus intensément encore...

  • Les stimulations extérieures peuvent mener à une surstimulation et à une fatigabilité des sens. N’hésitez pas à vous reposer si vous en ressentez le besoin.

  • La sensibilité élevée implique souvent une grande émotivité et la sensation d’être parfois à fleur de peau... Prenez soin de vous !

  • Une grande créativité, une intelligence émotionnelle, la générosité... Attention à ne pas prendre la grosse tête !

  • Notre cerveau ne fonctionne pas tout à fait de la même manière que la plupart des gens : cela est prouvé par les scientifiques que la sensibilité élevée est visible sur les IRM !

Ressources utiles


La roue des émotions : Si vous avez du mal à identifier vos émotions, la roue des émotions est un outil qui peut vous aider à les reconnaître et à vous exprimer.


3 lectures phares :

3 films/séries à voir sur la sensibilité :

3 podcasts à connaître :

3 jeux vidéos sensibles :

  • Gris, par Nomada Studio, 2018.

  • Journey, par That Game Company, 2012.

  • Life is strange : True Colors, par Deck Nine Games, 2021.

Nous espérons que cet article vous aura été utile et que vous comprenez-mieux ce qu’est la haute sensibilité !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre blog Deeply Sensitive et à consulter les références présentes dans cet article.

A très vite, David & Séléné


Posts récents

Voir tout

Bình luận


bottom of page