la neurodiversité

Bienvenue dans le Safari !

ℹ️ Ce Wiki a pour objectif d’aider toutes les personnes qui souhaitent en savoir plus sur le haut potentiel intellectuel. Je ne prétends pas connaître et détenir toutes les vérités. J'ai essentiellement mené un travail de recherche sur la toile qui consiste à regrouper les informations, publications et littératures scientifiques qui existent sur le haut potentiel intellectuel sous forme d’une encyclopédie en ligne accessible à tous ! D'ailleurs, si vous remarquez des coquilles et/ou des erreurs, n'hésitez pas à m'envoyer un email. En effet, J'ai réalisé ce premier Wiki seule et c'était un sacré chantier 😅, ainsi votre indulgence est la bienvenue. Merci de ne pas prendre ces informations au « pied de la lettre » après la lecture de ce Wiki afin de ne pas s’enfermer dans une étiquette. Et plutôt de le voir comme une exploration de la connaissance de soi, de vous-même, de vos proches, de vos élèves ou bien de vos salariés. Dans tous les cas, il est important de prendre du recul après la lecture de ces informations. J'espère que je pourrais vous aider dans vos recherches et dans votre parcours de vie. Avec toute ma bienveillance, ma sincérité et mon amour. 💛 La Zébrelle !

Le Wikipedia de la NeuroAtypie !

Le Haut Potentiel Intellectuel 

Né en 1912, vu comme un génie qui s'ennuie à l'école. Souvent représenté par différents animaux comme le zèbre, le caméléon ou le guépard. 

 

La douance (mot utilisé au Canada qui vient du terme américain Gifted) ou le surdouement se caractérise par une forme d’intelligence différente. Scientifiquement, c’est une aptitude intellectuelle (QI) supérieure aux normes. Ce n'est en aucun cas une maladie ou bien un handicap, c'est un fonctionnement neurologique, cognitif, relationnel et émotionnel différent. 

Il existe différentes appellations pour déterminer une personne douée. Cela dépend des pays, mais aussi des concepts de psychologues et chercheurs et chacun est libre d’utiliser l’appellation de son choix. Les différentes appellations sont les suivantes :

« Les HP ne sont pas forcément plus intelligents, mais ils ont une forme d’intelligence différente »

 Olivier Revol

🤔 Les origines et les définitions 

▶︎ La définition

pexels-charl-durand-6436578.jpeg

Pexels @charldurand

Une personne HPI présente un fonctionnement neurologique particulier caractérisé par une connectivité entre certaines zones cérébrales et une vitesse de l’influx nerveux plus importantes. Concrètement, cela se traduit par des capacités cognitives accrues. Le HPI n’est donc pas un trouble, mais un fonctionnement intellectuel hors norme.

 

Les personnes douées représentent 2,3 % de la population, mais ce pourcentage n’est pas représentatif, car il ne prend pas en compte les personnes qui n'ont pas été détectées. 

Il n’existe pas de consensus sur la définition d’une personne douée. Cependant, l’une des caractéristiques retenue par les chercheurs est leur quotient intellectuel élevé (QI égal ou supérieur à 130).

Ce quotient est mesuré par des tests qui ne donnent pas une mesure objective de l’intelligence, mais qui situent la personne testée dans l’ensemble de la population.

 

Toutefois, cette classification fait souvent l’objet de débats qui remettent en cause la seule utilisation de ce test de QI pour détecter les personnes douées, car celui-ci ne mesure que trois points de l’intelligence.

 

En effet, l’intelligence est tissée de facultés cérébrales subtiles et complexes. C’est pour cela que certains chercheurs et professeurs comme Howard Gardner sont opposés au test de QI et pensent même qu’il est impossible de classer l’intelligence sur une seule échelle.

 

Le test de QI appelé WAIS IV pour les adultes (16 ans et plus) et WISC pour les enfants (6 à 16 ans) est actuellement le seul outil validé scientifiquement pour détecter une personne à haut potentiel intellectuel. Il existe également d’autres outils disponibles, selon les pays et selon les professionnels. 

 

Aujourd’hui, la douance est un sujet populaire et toujours aussi controversé, caricaturé et souvent peu compris par notre société. Cependant, les personnes douées sont de plus en plus reconnues grâce à de nombreux acteurs (professionnels, associations, familles, blogs, projets…) qui sensibilisent et qui proposent des outils pour aider les familles, les professionnels de santé, les enseignants et la douance fait même son entrée dans le monde professionnel par le biais de collectifs, de groupes formés en entreprise et sur Linkedin.

▶︎ L'histoire

  • En Grèce antique, les personnes ayant des capacités dites supérieures étaient identifiées et recevaient une éducation adaptée à leur potentiel. Au Moyen Âge, les garçons perçus comme étant doués se rendaient quant à eux dans des monastères : leurs aptitudes intellectuelles étaient mises au service de la spiritualité.

 

  • À la Renaissance et aux siècles suivants, les enfants doués recevaient également une éducation leur permettant de développer leurs capacités intellectuelles.

  • Les premières tentatives d’estimation de l’intelligence apparaissent dès la seconde moitié du XIXe siècle. À cette époque, les chercheurs se basent sur la mesure du temps de réaction pour déterminer l’intelligence. Cependant, il a été prouvé que cette mesure ne démontrait pas l’intelligence et que les résultats obtenus n’étaient pas liés aux résultats scolaires. Par la suite, les avancées dans ce domaine furent nombreuses.

 

  • L’anthropologue Francis Galton tenta pour la première fois de mesurer l'intelligence en 1869. Il introduisit les statistiques dans les sciences sociales et la notion de courbe d'intelligence. La première Échelle métrique de l'intelligence (1905) fut, quant à elle mise au point par Alfred Binet, avec la collaboration du médecin Théodore Simon. Elle avait pour but de mesurer le développement de l'intelligence des enfants en fonction de leur âge mental. Ce travail a permis à de nombreux autres tests de voir le jour, dont la mesure du Quotient Intellectuel (QI). L’échelle métrique de l’intelligence de Binet et Simon, créée d’abord pour identifier les enfants ayant un retard mental, a permis de constater qu’il n’y avait pas que des enfants neurotypiques et avec des « retards » : il existait aussi une proportion d’enfants dits « trop intelligents ».

 

  • En 1912, le psychologue allemand William Stern a quant à lui développé le concept du quotient intellectuel (QI). Durant les années qui ont suivi, la douance était liée à un QI élevé. Ce n’est par contre qu’en 1939 que le psychologue américain David Wechsler a conçu la WAIS: la première échelle d’intelligence. D’elle ont émergé le WISC et le WPPSI, des échelles d’intelligence adaptées aux enfants et aux adolescents qui permettaient de mesurer le QI. Ces dernières sont d’ailleurs encore utilisées aujourd’hui.

 

  • Dans les années 1920, le terme gifted a fait son apparition.

 

  • Le terme « surdoué » a été inventé en 1946 par le docteur Julian de Ajuriaguerra pour qualifier une catégorie d'enfants « qui possède des aptitudes supérieures qui dépassent nettement la moyenne des capacités des enfants de son âge ». Au fil des études et du temps, le terme évolua pour aboutir à la définition du haut potentiel que nous connaissons.

 

  • Dès 1949, David Wechsler publia un test d'intelligence pour les enfants (Wechsler Intelligence Scale for Children), encore utilisé aujourd’hui. Six ans plus tard, il développa un test d'intelligence pour les adultes (Wechsler Adult Intelligence Scale). La même année, le psychologue de l'éducation Cyril Burt publia une enquête sur la potentielle hérédité du QI.

 

  • Dès les années 1950, d’autres facteurs, en dehors du QI, ont été pris en compte afin de déterminer si une personne était douée ou non. Renzulli fait partie de ceux qui ont fait évoluer le concept de la douance en établissant trois critères qui la définissent : l’intelligence, l’implication et la créativité. Comme il est mentionné dans l’article « La douance et l’inclusion pédagogique en classe régulière » de la revue Vivre le primaire, la créativité fait référence au raisonnement foisonnant des personnes douées, alors que l’implication est liée à leur engagement.

 

  • Dans les années 1970, c’est surtout le terme « surdoué » qui était utilisé, notamment en France. Puis, vinrent, toujours en France, le terme « précocité intellectuelle », suivi de « haut potentiel ». Le terme « précocité intellectuelle » est vivement critiqué par différents chercheurs, médecins et psychologues qui lui attribuent une connotation négative. En effet, selon eux, parler de précocité intellectuelle fait référence à une avance intellectuelle qui disparaîtrait à l’âge adulte, ce qui amène la question suivante : si on est un enfant précoce, devient-on un adulte précoce pour autant ?

 

  • En 1971, le psychologue Jean-Charles Terrassier fonda l'Association Nationale pour les Enfants Surdoués (ANEPS), dont l'objectif était de favoriser une meilleure connaissance de l'enfant surdoué et de ses besoins, par le grand public, les enseignants et au sein même du Ministère de l'Education. L’année suivante, le rapport Marland est « un des premiers textes officiels à souligner l’importance qu’il y aurait à élargir le concept du haut potentiel à des domaines, comme la créativité, le comportement ou les aptitudes artistiques ». Grâce à cette publication, les aptitudes intellectuelles « ne sont plus considérées comme étant l’unique champ d’expression des aptitudes exceptionnelles. » On comprend alors que « le haut potentiel peut prendre de multiples formes. »

 

  • Vingt ans plus tard, le psychologue Robert Sternberg affirme que l’intelligence est multi-factorielle. Selon lui, il existe trois formes d’intelligence : « l’intelligence analytique, utilisée dans l’analyse de problèmes abstraits, l’intelligence pratique, qui permet de résoudre des problèmes de la vie quotidienne en utilisant ses capacités d’adaptation, de sélection et de transformation, tout en tenant compte des contraintes liées au contexte, et l’intelligence créative, qui permet de faire face à des situations nouvelles en adoptant des solutions originales. » En 2004, le psychologue Howard Gardner identifia, quant à lui, huit formes d’intelligence : interpersonnelle, intra-personnelle, naturaliste, logico-mathématique, visuo- spatiale, musicale-rythmique, verbo-linguistique et corporelle-kinesthésique. Celles-ci continuent d’être validées par les spécialistes.

 

  • En parallèle à ces appellations, au Québec, c’est le mot « douance » qui a été défini par Françoys Gagné pour rappeler le don auquel fait référence le terme anglophone gifted. Le terme « douance » fait également référence à une intelligence différente, et non supérieure.

 

Les partenaires du Safari

Aidez La Zébrelle à enrichir le contenu du Safari. L'encyclopédie de la Neuroatypie est un espace libre et d'entraide. Rejoignez le Safari, que vous soyez un professionnel, un professeur, un étudiant, un parent...
Wikipedia Neuroatypiques
DYS.png
HSP.png
TSA.png
la neurodiversité