top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLa Zébrelle

Entretien avec Anne-Sophie Nédélec, la créatrice du spectacle Zébrures, la face cachée des HPI...

Dernière mise à jour : 17 mai

Aujourd'hui, je vais vous faire part de ma dernière rencontre et vous n'allez pas être déçus. Celle-ci est haute en couleur et forte en émotion. En effet, cela fait deux semaines que j'ai rencontré Anne-Sophie Nédélec, l’autrice du spectacle Zébrures et son producteur Philippe Vandaële. Suite à cette chouette rencontre, j'ai réalisé un entretien avec Anne-Sophie Nédélec sur la genèse du spectacle, qu'est-ce qui l'a poussée à écrire sur ce sujet ? Les prochaines dates du spectacle et les événements à venir. Tout ça, dans une ambiance décontractée, sur un ton humain et enthousiaste. Retrouvez la vidéo au sein de l'article. Bonne séance !

HPI

Au-delà du HPI, que nous apporte Zébrures ?

Zébrures est selon moi, le tout premier spectacle à aborder le sujet du haut potentiel intellectuel (HPI). Eh bien oui, le HPI a été décrit et dépeint sous plusieurs formes : séries, livres, sketchs, BD... De l'ouvrage professionnel et clinique très intéressant (Psychologie du haut potentiel, Deboeck, 2021 de Nicolas Gauvrit et Nathalie Clobert) aux séries et stéréotypes médiatiques ; Zébrures est la toute première représentation vivante qui nous plonge dans les pensées de plusieurs personnes HPI. Qui plus est, ce spectacle permet et a permis aux personnes HPI ou pas de se reconnecter à soi, de retrouver cet être oublié en nous et cela nous interroge, nous libère, nous laisse penser, sentir, ressentir et comprendre l'autre autant que soi-même. Oui, je vous avais prévenu, c'est profond !


Entretien avec Anne-Sophie Nédélec


QUI EST ANNE-SOPHIE NÉDÉLEC ?

Anne-Sophie Nédélec

Anne-Sophie est autrice, metteuse en scène, comédienne et professeure de théâtre. Une formation en Lettres et Arts du spectacle à l’Université de Nanterre et d’Histoire de l’art à l’École du Louvre attise sa passion pour les arts de la scène et l’écriture.

Membre des Écrivains Associés du théâtre depuis plus de quinze ans, elle est l’autrice d’une quarantaine de pièces de théâtre. Elle s’est lancée depuis peu dans l’écriture de théâtre immersif et a reçu une mention spéciale lors du premier concours d’écriture de théâtre immersif A2R organisé par Léonard Matton. Elle est aussi l'autrice de six romans.

Associant étroitement son écriture aux planches, Anne-Sophie est également metteuse en scène et comédienne, et dirige avec Philippe Vandaële la Compagnie du Lézard Bleu. Friande de variété, ses mises en scènes explorent, en plus du sien, tous types de répertoires.

Soucieuse de transmettre l’art théâtral aux enfants, aux adolescents et aux adultes, elle y consacre une partie de son temps par le biais de cours de théâtre ou d’ateliers d’écriture. Elle assure la direction pédagogique du cours de théâtre Lez’Arts Scéniques.



EN QUELQUES LIGNES, DE QUOI PARLE LE SPECTACLE ZÉBRURES, LA FACE CACHÉE DES HPI ?

« Zèbres », « HPI », « Surdoués », « Précoces », tous ces termes recouvrent une réalité mal connue et bien souvent erronée. À travers ce spectacle, écrit à partir de divers témoignages, il s’agit de livrer une vision sensible et « de l’intérieur », en croisant les destins de divers personnages.

Il y a Laetitia, qui veut comprendre pourquoi elle se sent si mal alors que tout va bien dans sa vie, Morgane, l’adolescente prisonnière de sa propre tourmente, et puis Charlotte, qui se découvre avec incrédulité à travers sa fille. Romain, lui, se tient tant bien que mal en équilibre, grâce au soutien indulgent de sa femme. Chacun se cherche, se révèle... et s’adapte.

Par un regard tendre et amusé, Zébrures essaie de casser les clichés et l’incompréhension sur une caractéristique qui touche 2,3% de la population.



POURQUOI CE SUJET ? Diagnostiquée HPI et TDAH il y a quelques années, mon premier réflexe a été de le cacher, dans un automatisme que j’ai depuis toujours : me fondre dans la masse, pour essayer désespérément d’être « comme tout le monde » et ne pas être regardée de travers, comme cela a si souvent été le cas dans l'enfance ou l'adolescence.

Pourtant, j’ai très vite senti la nécessité de témoigner de ce qui m’était arrivé, pour que cela n’arrive pas aux autres. Le gâchis des années de malaise et de souffrance inexpliqués aurait pu être évité si j’avais été diagnostiquée plus tôt.

Je suis aussi maman de deux HPI, un avec TDA et l'autre Dys. Comme beaucoup de parents, je vis avec eux un véritable parcours du combattant sur le chemin semé d’embûches de la scolarité. Il me semblait vital d'expliquer ce qui se passe dans la tête d'un neuroatypique afin que les enseignants comprennent mieux leurs élèves un peu particuliers, mais aussi que les zèbres qui s'ignorent sachent qu'ils ne sont pas seuls.

D'une manière générale, le sujet est mal connu et les idées reçues sont légion. Il existe de plus en plus de livres de vulgarisation, mais ils intéressent surtout les personnes concernées par le neuroatypisme. Je sentais que j’avais entre les mains une ressource, le théâtre, qui me permettait de toucher un public plus vaste, notamment des personnes absolument pas touchées par le sujet. II me semble que nous avons tous à y gagner à nous connaitre les uns les autres, avec nos particularités, pour mieux vivre ensemble.

Alors voilà, je témoigne, avec mes outils à moi, les mots, la fiction, le théâtre, dans l’espoir que ce spectacle fasse avancer la réflexion et contribue à une meilleure perception des uns envers les autres.

 

Entretien avec Anne-Sophie Nédélec par La Zébrelle


 

QUELLE A ÉTÉ VOTRE DÉMARCHE POUR L'ÉCRITURE DE CE TEXTE ? Lorsque j’ai su que j'étais HPI, j’ai voulu en apprendre plus sur mes particularités. J’ai beaucoup lu ; oui, en bonne HPI, quand un sujet m’intéresse, j’ai besoin d’en faire le tour ! Après les bases fondamentales que constituent les livres de Jeanne Siaud-Facchin, j'ai butiné un peu partout. Au cours de mes lectures, je suis notamment tombée sur les livres de Chloé Romengas, qui cite de nombreux témoignages.


Sur les réseaux sociaux, j’ai suivi plusieurs comptes de vulgarisation, comme ceux d’Elodie Crepel et de Mel Poinas, et les réactions aux différents posts m’ont beaucoup éclairée sur la diversité des parcours. Suite à des posts que j’ai pu faire de mon côté, j’ai été contactée et ai pu échanger avec d’autres neuroatypiques ou parents d’enfants neuroatypiques.

A travers tous ces témoignages, combinés à ma propre histoire et celle de mes enfants, des éléments récurrents se sont dégagés. Des différences aussi.

Il a toujours été clair pour moi que je ne ferai pas une autobiographie pure et dure. D’abord, parce que j'ai toujours une gêne à parler de moi et j'aurais peut-être édulcoré les choses. Ensuite, parce que je voulais montrer la diversité des profils et en particulier mettre en lumière des destins de femmes qui, de par leur tendance à la suradaptation et à l'effacement, sont largement moins diagnostiquées que les hommes.

Peu à peu, des personnages se sont dégagés et j’ai entremêlé leurs parcours en suivant une progression globale d’une situation de crise à une certaine forme d’apaisement.

J'ai ensuite contacté plusieurs psychologues afin d'avoir leur ressenti sur le texte. L'enthousiasme de ceux-ci, notamment les spécialistes Jeanne Siaud-Facchin et Élodie Crepel, m'a convaincu de le mettre en scène.



Découvrez la bande annonce et les avis des spectateurs


Je vais prendre une place pour le spectacle ?

  • Oui

  • Non



Venez nombreux !

🌴 À bientôt dans la Savane !



131 vues0 commentaire
bottom of page